L’exil grec dans le Zohar

La critique moderne s'est beaucoup interrogée sur les influences du livre du Zohar. L'influence grecque a été souvent évoquée et on trouve en effet dans le Zohar deux passages y faisant allusion.

Le premier de ces deux passages se trouve dans Zohar II 237a, à propos du verset traitant de la vache rousse# :

‘וְיִקְחוּ אֵלֶיךָ פָרָה אֲדֻמָּה תְּמִימָה אֲשֶׁר אֵין בָּהּ מוּם אֲשֶׁר לֹא עָלָה עָלֶיהָ עֹל’ (במדבר יט, ב)

« Et ils prendront vers toi une vache rousse parfaite qui n’a pas en elle de défaut sur laquelle le joug n’est pas monté » (Nombres 19,2)

 

Ce passage du Zohar évoque une double symétrie : Entre la vache qui est liée à La Demeure/Šhek̄hînâh et entre les qualités de la vache rousse et les 4 exils d'Israël

‘פָּרָה’, כְּמָה דְאַתְּ אָמֵר ‘כִּי כְּפָרָה סוֹרֵרָה סָרַר יִשְׂרָאֵל’ (הושע ד טז).

‘Vache’, comme tu dirais : « Car comme une vache rebelle s’est rebellé Israël » (Osée 4, 16).

‘אֲדוּמָּה’, דָּא מַלְכוּת בָּבֶל, דִּכְתִּיב, ‘אַנְתְּ הוּא רֵישָׁא דִּי דַּהֲבָא’(דניאל ב לח).

‘Rousse’, c’est la royauté de Babylone, comme il est écrit : « Tu es la tête d’or# » (Daniel 2, 38).

‘תְּמִימָה’, דָּא מַלְכוּת מָדַי.

‘Parfaite’, c’est la Royauté de Mède#.

‘אֲשֶׁר אֵין בָּהּ מוּם’, דָּא מַלְכוּת יָוָן. (דאינון קריבין לארחי מיהמנותא).

‘Qui n’a pas en elle de défaut’, c’est la royauté grecque (car ils sont proches des voies de la Fidélité/ʾÈmoûnâh). 

‘אֲשֶׁר לא עָלָה עָלֶיהָ עוֹל’, דָּא מַלְכוּת אֱדוֹם, דְּלָא סָלִיק עָלֵיהּ עוֹל.

‘Sur laquelle le joug n’est pas monté’, c’est la royauté de Édom car le joug n’est pas monté sur lui#.   

"Car ils sont proches des voies de la Fidélité/ʾÈmoûnâh"

Cette petite phrase pose beaucoup de questions et certains y ont vu les influences exercées par les grecs sur le Zohar#, voire même les influences de l’Église Orthodoxe Grecque #

D’autant plus qu’une expression similaire se trouve chez Moïse de Léon #, l’auteur présumé du Zohar, qui explique qu’avant Aristote les sages Grecs étaient

“Proches de la voie de la vérité”

Or, il se trouve que cette phrase ne figure pas dans les manuscrits anciens du Zohar et que par exemple, Rabbi Moshé Cordovéro ne l’a pas dans son manuscrit#. Au contraire pour lui, l’expression “qui n’a pas en elle de défaut” fait allusion à la Victoire des Maccabbées qui ont défendu les valeurs d’Israël contre la volonté grecque d’abolir le Shabbat, la néoménie et la circoncision. La Demeure/Šhek̄hînâh qui est liée à la Vache# du verset n’a eu aucun défaut durant l’exil grec.

Quant à la citation de Moïse de Léon, elle indique “la vérité”, et non “la Fidélité”. Différence majeure pour tout lecteur averti du Zohar.

 

On trouve par exemple dans l’exemplaire de l’édition du Zohar de Mantoba de l’Alliance Israélite Universelle# une particularité intéressante ; la phrase”Car ils sont proches des voies de la Fidélité/ʾÈmoûnâh/דאינון קריבין לארחי מיהמנותא” est biffée.. 

grece zohar

Le second de ces deux passages se trouve dans Zohar Hadash 38b, à propos du verset d’Ézéchiel traitant de la Vision du Char Céleste. Les quatre éléments de ce verset sont expliqués dans ce texte en relation avec les quatre écorces/Qlîpôt :

 ‘וָאֵרֶא וְהִנֵּה רוּחַ סְעָרָה בָּאָה מִן הַצָּפוֹן עָנָן גָּדוֹל וְאֵשׁ מִתְלַקַּחַת וְנֹגַהּ לוֹ סָבִיב’ (יחזקאל א ד)

« Et je vis, et voici un souffle de tempête venant du Nord une grande nuée et un feu flamboyant et une clarté autour de lui” (Ézéchiel 1, 4) 

 

Ce passage du Zohar relie les forces entourant le Char céleste aux quatre Royaumes entourant Israël : quatre étapes à franchir avant d'accéder au mystère de la Conduite Divine.

הָכָא אִיהוּ רָזָא דְאַרְבַּע מַלְכְּוָון, דְּסָחֲרָן כּוֹלָּא.

Ici est le mystère des quatre royautés qui entourent tout.

‘רוּחַ סְעָרָה’, דָּא מַלְכוּת בָּבֶל.

‘Souffle de tempête’, c’est la royauté de Babylone

 

‘עָנָן גָּדוֹל’, דָּא אִיהוּ מַלְכוּת מָדַי.

‘Une grande nuée’, ceci est la Royauté de Mède.

‘וְאֵשׁ מִתְלַקַּחַת’, דָּא אִיהוּ מַלְכוּת אֱדוֹם.

‘Et un feu flamboyant’, c’est la royauté de Édom.

‘וְנֹגַהּ לוֹ סָבִיב’, דָּא אִיהוּ מַלְכוּת יָוָן, דְּסָחֲרָא לוֹן נֹגַהּ, וְלָא בְּהוּ נֹגַהּ, דִּכְתִיב בְּהוּ סָבִיב. בְּגִין דְּלֵית בְּכָל מַלְכְּוָון, דְּאִינוּן קְרֵבִין לְאוֹרַח מְהֵימְנוּתָא, כַּוָּותַיְיהוּ.

‘Et un éclat pour lui autour’, c’est la royauté grecque car l’éclat les entoure et l’éclat n’est pas en eux car il est écrit pour eux ‘autour’ parce qu’il n’y a pas dans toutes les royautés qui sont proches de la voie de la Fidélité/ʾÈmoûnâh comme eux. 

Effectivement on retrouve ici la même expression (au singulier) que dans le texte précédent et même s’il existe quelques variantes de manuscrits# la phrase est ici expliquée et ne laisse pas de doute quant à son interprétation.

Mais, il est un point qui ne peut échapper au lecteur averti ; l’ordre des quatre Royautés est ici inversé !!! En effet, la Grèce n’est pas la quatrième Royauté mais la 3°, comme c’était le cas dans le texte précédent. En toute logique l’expression “et un éclat pour lui autour” devrait s’appliquer à Édom et non à la Grèce. Je n’ai pas trouvé de commentateur qui remarque cette anomalie car si on peut dans quelques textes noter des louanges pour la langue grecque ou la sagesse grecque, la notion de Fidélité/ʾÈmoûnâh est plus proche de l’exil d’Édom que de celui de l’exil grec. C’est bien la leçon de la fête de Hanoucah…

hanoucah light zohar